Partager l'article sur :

Performance

DIY prononcé "Di aï waï" : les 5 idées reçues

Les 5 idées reçues sur le DIY Les 5 idées reçues sur le DIY

Customiser, créer, fabriquer… faire soi-même! Le DIY véhicule des valeurs positives et les marques l’ont bien compris. Le DIY permet de placer le client non plus comme spectateur mais comme acteur de sa marque.

Simple loisir ou réelle pratique lucrative, le “Faire sois même” est en passe de devenir une philosophie de vie. Il permet de laisser parler sa créativité et générer une communauté autour de conseils et de partage de ses propres créations sur les réseaux sociaux. Quelles sont les bonnes pratiques du DIY ? Quelles sont les thèmes les plus impactants ? Retrouvez dans cet article les 5 idées reçues à propos de cette tendance émergente sur Google et Youtube et téléchargez notre top des acteurs du DIY.

1. Le DIY en vidéo sur Youtube, ce sont les mêmes requêtes, volumes, acteurs que sur Google

FAUX ! Le volume de recherches en matière de DIY  n’est pas le même sur Youtube et Google. On dénombre environ 2,5 millions de recherches annuelles sur Google contre 3,8 millions de recherches  directement dans Youtube (sur l’échantillon que nous avons analysé). Au total, c’est 76 milliards de vidéos vues sur Youtube sur le secteur du Do It Yourself (volume incluant les vidéos en Anglais). Les questions se différencient entre Google et Youtube, le consommateur cherche avant tout du conseil et comment fabriquer sur Google tandis qu’il sera plus à la recherche d’une thématique généraliste sur Youtube.

2. Avec le succès de cette pratique, beaucoup de marques se sont positionnés sur cette typologie de contenu

FAUX ! Youtube et Pinterest cannibalisent le marché avec un taux de présence très important sur ce secteur. Les magazines tels que Marie-Claire.fr, creava.com ou deco.fr se partagent le reste des positions. Sur google et dans le top 1000 des sites que nous avons analysés, 8 sites de e-commerce ressortent tandis que seulement 2 marques ont initié du contenu dans la tendance DIY : Castorama et Auchan.

3. LE DIY c’est exclusivement de la vidéo

FAUX ! Des magazines tels que Cotémaison.fr publie régulièrement des articles ou contenu édito générant un trafic considérable. On y retrouve des conseils et des astuces efficace pour reproduire soit même un meuble ou inspiration tendance. Le plus souvent sous forme d’article court, il est illustré de photos avec un bloc de liens connectés à d’autres thématiques. Cela favorise le maillage interne du site et optimise le référencement sur toutes les thématiques abordées.

4. La saisonnalité ne concerne pas le DIY

FAUX ! Il y a bien une saisonnalité pour la recherche de vidéos DIY. Selon l’étude de territoire et des performances vidéos dans le domaine du Do It Yourself (DIY) (lien), le taux de recherches sur le secteur est au plus haut lors de la saison estivale, à la rentrée mais aussi en période de fêtes : halloween, noël etc. Pour finir, les tendances de recherches sur Google ou Youtube peuvent aussi augmenter en fonction des salons événements autour du DIY en France.

5. Le DIY s’inscrit essentiellement  dans l’univers de la beauté  

FAUX ! Il ne faut pas confondre DIY et tutos beautés. Les thèmes les plus répandus dans l’univers du DIY sont la déco, les inspirations, la maison, le bricolage. La plupart des requêtes porte sur la fabrication ou reproduction d’un objet matériel. Pour en savoir plus sur les acteurs majoritaires du secteur du Do It Yourself et la place qu’ils occupent sur le marché téléchargez notre top 10 des acteurs par secteur.

La Rédaction
  • Performance
  • SEO

Voir aussi

Livre blanc du content marketing