Partager l'article sur :

Social

Facebook, Instagram, etc. : 4 clés pour compenser la baisse des résultats organiques

 Facebook, Instagram, etc. : 4 clés pour compenser la baisse des résultats organiques  Facebook, Instagram, etc. : 4 clés pour compenser la baisse des résultats organiques

Changements d'algorithme, concurrence et introduction progressive d’IA sur les réseaux sociaux forcent les marques et community managers à s’adapter pour conserver leur portée organique.

La baisse de l’engagement au profit d’une consommation plus passive oblige chacun à renouveler son approche et soutenir sa présence par des dispositifs ludiques ou l’usage massif de paid media. Pourtant, la baisse des résultat organique ne doit pas être vécue comme une fatalité. En 2018 il est possible de maintenir son niveau de visibilité en s’adaptant aux nouvelles contraintes des plateformes.

Voici 4 manières de contrecarrer la baisse constatée des résultats organiques :

1/ Ajuster l’équilibre entre du contenu et stratégie paid

La réponse immédiate pour assurer une bonne visibilité à une marque réside souvent dans l’usage de paid media. Mais avant de mettre la main au porte-monnaie, il est important d’analyser la pertinence des contenus. Êtes-vous sûre que vos prises de parole ont le bon potentiel pour engager votre communauté ?

A vous d'analyser vos prises de parole. Vos contenus sont-ils pensés :
- pour être lus/diffusés facilement ?
- pour engager “en 1 clic” ?
- pour être partagés et portés par votre audience ?

Si vous cochez les 3 cases et que vos performances stagnent, la solution réside dans un usage stratégique du paid. Il convient alors de doubler votre planning éditorial d’un planning de sponsorisation :
- en soutenant chaque publication par une amplification auprès de votre communauté
- tout en augmentant drastiquement l’exposition des publications stratégiques auprès de votre communauté et de l’audience cible.

Pour autant, le paid n’est pas la seule solution pour compenser la baisse de la visibilité et de l’engagement. D’autres solutions existent, même si celles-ci demandent plus d’investissement et de flexibilité dans le monitoring de la part des équipes opérationnelles.

2/ Affranchissez-vous des algorithmes en privilégiant des espaces d’échange alternatifs

Que ce soit par les stories Instagram, les groupes privés sur Facebook, ou le recours aux apps messaging (Messenger, WhatsApp, etc…) il est tout à fait possible de parler à votre audience sans se plier aux algorithmes d’affichage. Car dès lors qu’on est membre d’un groupe privé Facebook ou d’un salon de discussion, les notifications sont plus nombreuses. Pour être performant sur ces espaces, il faut travailler une promesse à même de rallier une communauté affinitaire.

Les premières expériences en ce sens font mouche, avec les groupes ouverts animés par HBO aux US ou l’exemple de plusieurs e-commerçants en France, qui animent partiellement leur communauté, tandis que leurs fans font le plus gros du travail (exemple : Aroma Zone avec le groupe « Aroma-Zone Additcs »). Au cœur de ces succès : un contenu passion ou du service !

Le groupe Carrefour l’a bien compris en créant un groupe Facebook dédiée aux gamers. Ceux-ci se retrouvent entre passionnés et pour discuter astuces, gameplay, sorties … tout en ne ratant aucune des promos jeux vidéo chez Carrefour.

3/ Pratiquez la segmentation éditoriale

On le sait, plus un contenu est personnalisé et plus il sera fédérateur et engageant. Or, un même contenu peut être défendu différemment et rester pertinent, dès lors que l’invitation à le lire est pensée en fonction de chaque utilisateur visé.

L’une des réponses à la baisse du reach est donc de publier un même contenu plusieurs fois, en l’adaptant et ciblant chaque fois à une partie de votre audience. Certes, cela demande plus de travail, mais votre reach et votre engagement vont mathématiquement se stabiliser… puis augmenter.

4/ Pensez “Communautés Locales”

Saviez-vous que lorsqu’une marque nationale est présente en social media à travers des pages locales, leurs communautés globales sont plus nombreuses, mais aussi plus engagées que la communauté nationale ?

Pour parvenir à un tel résultat, il faut que les pages locales aient une prise de parole plus incarnée que la page nationale, en miroir de leur posture de proximité.

Et cette stratégie fonctionne aussi bien pour les entités régionales des grandes banques nationales que pour un réseau de restaurants ou d’esthétique. Sous couvert d’anonymat, un responsable digital d’une grande marque nationale a confié que 90% des membres des pages locales ne suivaient pas la page nationale !

A charge maintenant pour le siège d’équiper et d’appuyer correctement les équipes locales pour assurer la cohérence de marque et une bonne volumétrie de contenus.

Laetitia Schurtz - Luthringer
  • Social

Voir aussi

Livre blanc du content marketing