<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://px.ads.linkedin.com/collect/?pid=1271508&amp;fmt=gif">

Performance

SNCF x VivaTech : success story du Lab Open Transportation SNCF

SNCF-Viva Tech-18.05.19©Maxime Huriez-19002-PRINT SNCF-Viva Tech-18.05.19©Maxime Huriez-19002-PRINT

VivaTech c’est LE rendez-vous fort pour le digital chez SNCF. Un moment anticipé de longue date qui permet de présenter les dernières innovations du groupe.

Pour la SNCF, le salon Vivatech est un véritable défi qui se présente chaque année. Un moment
anticipé de longue date qui permet de présenter les enjeux du groupe, mais aussi les
dernières innovations. Le but est de gagner en influence sur les réseaux sociaux au moment du salon et se positionner comme acteur incontournable dans le secteur de l’innovation. Pour cela, l’idée pour cette édition 2019 était de miser sur un esprit “à chaud” de contenus produits sur place, en temps réel et tout au long des trois jours.

Open Innovation, Performance, Mobilités durables et partagées, Industrie 4.0, Accessibilité : à VivaTech, voici les thèmes phares chers à SNCF. Avec son Lab Open Transportation, le groupe ferroviaire illustrait sa transformation digitale en cours et les nouveaux services numériques développés pour tous les voyageurs. Dans le plan de communication annuel de la Direction Générale e.SNCF, , Vivatech est l'un des moments phares, voire le point culminant. Ce qui implique des enjeux très forts et, de ce fait, un large dispositif pour les assurer. Et le travail débute bien en amont, à tous les niveaux du groupe ferroviaire.

Un tout premier kick off dès février

Cette année, la ligne éditoriale visait des publications anticipées courant du mois d'avril jusqu’au début du salon. Ces contenus, sous forme de semaines thématiques, servaient de teasing pour faire connaître les grands enjeux et projets au travers du programme de VVT. Une façon de produire du contenu mixte (froid/chaud) qui permettait également aux équipes de s’approprier les sujets essentiels en lien avec le salon et repositionnait l'événement dans le contexte global du digital. Ainsi, les journalistes de l’équipe ont pu affiner leur connaissance des sujets techniques, des intervenants, des partenaires et des contenus à couvrir pendant le salon ; de quoi renforcer l’efficacité du dispositif une fois sur place.  

Influence, qualité et vidéos

L’objectif premier concernait l'influence sur Twitter. Le but étant de faire vivre une expérience du Lab tout au long du salon, au maximum de personnes. Pour autant, pas de diffusion de contenu vidéo en live. L’idée ? Profiter du potentiel du “temps réel” en termes d'interactions sociales, d’engagement et d’authenticité tout en proposant des vidéos à valeur ajoutée grâce à des formats aux identités graphiques fortes adaptées aux contenus. Comment ? En les montant au fur et à mesure. Pour cela pas de recette miracle si ce n’est une organisation ultra serrée, pensée à la seconde près, pour chaque type de vidéo et pour chaque membre de l’équipe. Ici, c’est donc la gestion du planning et des ressources - humaines et techniques - qui a su faire la différence.

De la vidéo, encore de la vidéo et toujours de la vidéo… mais pas n’importe comment !

Le choix s’est porté sur des formats de vidéos impactants, ludiques et novateurs, mais surtout adaptés en termes de format aux types de contenus. Plutôt traditionnels pour les “descentes de scènes” et plutôt ludiques pour séduire la cible sur les réseaux sociaux (Startup Stories, Battle d’influenceurs, Reportages de Julie), toujours dans une ligne édito claire visant à délivrer de l’info sobre, concise et digeste, misant toujours sur des formats ultra calibrés pour Twitter. Le partenariat pour l’événement entre SNCF et le groupe d’influenceurs « La brigade du web », fut par exemple l’occasion de penser des contenus forts et différenciant, reprenant les codes graphiques et narratifs d’une « culture geek » dont leurs communités respectives sont friandes.

La préparation en amont des templates a permis de monter rapidement un grand nombre de vidéos durant le salon. Une production à la croisée des chemins qui permet de bénéficier à la fois de la viralité d’un contenu “chaud” tout en soignant et diversifiant la forme.

Une brigade au taquet

Concrètement, l'équipe sur place comprenait un pool de CM, des monteurs, des journalistes et des cadreurs. Chacun avait sa grille de missions clairement définies à l’avance : les images tournées étaient amenées directement aux monteurs après tournage, pour produire en flux tendu tout au long de l’événement. Le fait d’avoir des missions bien cadrées et réparties entre les membres de l’équipe a permis de travailler de façon efficiente. Certaines tâches propices à une organisation plus “libre” garantissaient toutefois une souplesse nécessaire, offrant des solutions d’appoint pour gérer urgences et imprévus, tels que les passages de personnalités non programmés.

Pari réussi donc pour l’équipe digitale SNCF avec plus de 35000 visiteurs venus sur le Lab. Avec son #VivaSNCF, le groupe ferroviaire a été la marque la plus influente de VivaTech sur les réseaux sociaux le samedi, et 2ème marque la plus influente sur l’ensemble des 3 jours. Avec en prime 79 vidéos produites dont 61 tournées, montées et publiées “en direct” durant les trois jours.